La Slovénie est, certes, un jeune État, mais son territoire est peuplé depuis la préhistoire, et des documents écrits en slovène, la langue actuellement parlée par les Slovènes, remontent aux IXe et Xe siècles. Au cours des différentes périodes de l’histoire que le pays a traversées sous la coupe de nations étrangères, des personnalités nées et élevées sur le territoire slovène ont modifié le cours de l’histoire. Inventeurs visionnaires, compositeurs doués, femmes charmantes qui troublaient le monde par leur beauté et leur ingéniosité... Découvrez les lieux qui les ont vus naître et de nombreuses facettes passionnantes de la Slovénie.

Une nation d’inventeurs

Anton Janša

La Slovénie est l’un des berceaux de l’apiculture en Europe. Aujourd’hui encore, elle se place parmi les meilleurs pays du continent sur le plan du nombre d’apiculteurs, de la qualité du miel et des produits à base de miel. Les bases de l’apiculture moderne ont été posées au XVIIIe siècle par Anton Janša. Marie-Thérèse, la légendaire impératrice de la monarchie de Habsbourg, l’avait nommé au poste de premier enseignant de la première école d’apiculture au monde, qu’elle avait ouverte à Vienne. Elle avait également émis une ordonnance imposant à tous les futurs professeurs d’apiculture devaient se former en utilisant livres d’Anton Janša. Anton Janša était connu pour ses excellentes conférences, au cours desquelles il présentait son invention : une ruche spéciale, encore utilisée de nos jours, et de nouvelles approches de l’apiculture. À l’initiative de la Slovénie, sa date de naissance, le 20 mai, est devenue la journée mondiale des abeilles, ce qui doit contribuer à sensibiliser sur l’importance des abeilles pour la survie de l’humanité.

Lovrenc Košir

Au XIXe siècle, Lovrenc Košir a réformé le système postal de la monarchie habsbourgeoise. En 1835, il a également lancé l’idée du premier timbre postal, mais il n’a malheureusement jamais reçu de reconnaissance pour son invention. Visitez le Musée de la poste et de télécommunications dans le magnifique manoir de Polhov Gradec, où vous apprendrez une foule de choses passionnantes sur le développement de la poste depuis la préhistoire. 

Janez Puh

Entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale, Janez Puh a déposé 13 brevets dans le domaine de la technologie des véhicules routiers, et 6 brevets pour des machines à écrire. Il a développé pas moins de 21 modèles différents d’automobiles et a breveté, entre autres, un dispositif de réglage de l’allumage des moteurs à explosion et un moteur quatre cylindres à explosion avec deux couples de pistons à mouvement symétrique. Ses véhicules raflaient des victoires lors de courses internationales et transportaient les membres de la famille impériale de la cour des Habsbourg à Vienne; Son héritage a donné naissance à des véhicules légendaires : les motocyclettes MS 50 et Puch Maxi, le moteur Puch 125 cc, la petite voiture Puch 500 et les véhicules tout-terrain Puch Haflinger, Puch Pinzgauer et Puch G (Mercedes-Benz classe G).

Baron Anton III von Codelli

Le baron Anton III von Codelli était un inventeur polyvalent. Pilote passionné et amateur de longs voyages en voiture, il a notamment inventé un démarreur électrique de véhicules à moteur, un petit appareil de refroidissement et de chauffage, un compresseur à haute pression, une roue d’entraînement planétaire à double vitesse interne, un moteur à explosion rotatif. Il s’intéressait également à d’autres domaines : parmi ses inventions, on peut citer une tondeuse mécanique, un système d’entraînement sans fil pour appareil à distance, un téléphone à haute fréquence, un dispositif de réception de signal temporel sans fil,  des détecteurs de décharges électriques atmosphériques, des appareils radio miniatures de poche. Il a même conçu un système précurseur de la télévision qui permettait de transmettre des images à distance. Vous pouvez suivre ses traces à Ljubljana, où il a conduit la première voiture de la ville en 1898 et où il résidait dans son château de Kodeljevo. Aujourd’hui, le site est dédié aux loisirs.

Herman Potočnik Noordung

Herman Potočnik Noordung, ingénieur spécialiste des fusées, avait des idées insolites et visionnaires pour son époque. Il fut un pionnier des vols spatiaux et le premier architecte spatial pour l’apesanteur. En 1929, il publia un ouvrage révolutionnaire, Le problème du vol spatial – moteur de fusée (1929), dans lequel il décrit une roue habitée qui permettrait de voyager et séjourner dans l’espace. Ses travaux ont servi d’inspiration à divers projets spatiaux réalisés plus tard, ainsi qu’à la station spatiale du film culte 2001 : l’Odyssée de l’espace du réalisateur Stanley Kubrick.

La passion de la musique

En Slovénie, la musique a toujours eu une importance exceptionnelle. Elle permettait à l’homme de Néandertal de passer le temps, comme le montre la flûte de 60 000 ans qui a été découverte en Slovénie et constitue le plus ancien instrument de musique au monde.

Jurij Slatkonja

Jurij Slatkonja a fondé en 1498 le chœur des Petits chanteurs de Vienne, qui se prévaut d’une tradition extrêmement longue et d’un niveau de qualité exceptionnel. Premier évêque de Vienne, Jurij Slatkonja est né à Ljubljana et a officié quelque temps à Novo mesto en tant que prévôt. Visitez cette ville qui recèle une histoire extraordinaire et découvrez ce qui a influencé cette personnalité exceptionnelle, qui fut également chapelain et chantre à la cour de Vienne.

Jacobus Gallus Carniolus

Les institutions culturelles de Ljubljana comme le Festival Ljubljana et Cankarjev dom s’attachent périodiquement à présenter l’œuvre de ce compositeur de nombreux motets et madrigaux de la fin de la Renaissance. Jacobus Gallus Carniolus était très apprécié des mécènes, des dignitaires du clergé et du public, et plus tard, les compositeurs Händel et Bach furent séduits par ses œuvres. En hommage à ce maître considéré comme le plus grand compositeur de polyphonies de son temps, les Slovènes ont donné son nom à la plus grande salle de concert de Cankarjev dom, le centre culturel le plus important du pays.

Giuseppe Tartini

Le compositeur et violoniste virtuose Giuseppe Tartini est né dans la charmante ville côtière de Piran en 1692. Plus tard, il devint premier violoniste et directeur de l’orchestre de la basilique Saint-Antoine de Padoue, où il fonda la célèbre école de violon La scuola delle nazioni. Il a laissé en héritage 130 concerts et 170 sonates pour violon, font la plus connue est la Sonate des trilles du diable. Vous pouvez chercher les traces de sa vie à Piran, où les notes de son violon continuent encore à résonner aujourd’hui. Son violon est d’ailleurs exposé, avec d’autres objets, dans la maison Tartini, qui est l’une des plus anciennes de cette petite ville posée au bord de la mer.

Grandes femmes

Barbe de Cilley

Svelte, grande, incroyablement belle, intelligente, dotée de talents naturels pour la politique et la diplomatie : voilà comment l’histoire décrit Barbe de Cilley, de la puissante dynastie des comtes de Celje. Elle quitta très jeune sa ville natale de Celje à la suite de ses fiançailles, car elle se serait mariée en 1405, à l’âge de 14 ans, avec l’homme le plus puissant de l’époque, Sigismond de Luxembourg. Son époux, qui était roi de Hongrie, de Croatie, de Bohème et Empereur du Saint-Empire romain germanique, la fit accéder à de hautes fonctions politiques quelques années plus tard. Elle participa ainsi à l’organisation des relations politiques avec les différents royaumes, aux négociations lors d’affrontements et au règlement des questions économiques, financières et des autres questions d’État. Elle fonda avec son époux le célèbre Ordre du Dragon. Elle fut couronnée reine de Germanie et de Bohème. 

Alma M. Karlin

Celje a vu naître une autre femme exceptionnelle. Alma M. Karlin s’est illustrée dans l’histoire en tant que polyglotte, écrivaine et voyageuse du monde. En 1919, alors qu’elle avait 30 ans, elle est partie à l’aventure autour du monde, ce qui était inhabituel pour une femme à cette époque – avec peu d’argent et une machine à écrire. Elle a raconté ses huit années d’expériences souvent insolites et exotiques dans des articles et des livres publiés dans plusieurs pays, ainsi que lors de conférences dans des universités en Europe et ailleurs. Ses ouvrages revêtent une grande valeur car ils offrent un témoignage unique sur l’histoire, la situation sociale, la tradition spirituelle, les symboles, la mythologie, la faune, la flore et d’autres particularités des pays qu’elle a visités. Une partie de l’œuvre fournie d’Alma M. Karlin est exposée au Musée régional de Celje

Ita Rina

Dans les années 1920 et 1930, Ita Rina était une reine incontestée du cinéma qui bénéficiait de la même aura que Greta Garbo et Marlene Dietrich. À 20 ans, elle quitta Ljubljana pour Berlin, qui était alors la métropole du cinéma européen, où elle fut immédiatement engagée pour tourner. Sa carrière a connu un succès fulgurant, principalement grâce aux films Erotikon (1929) et Tonka Sibenice (1930). Alors qu’elle recevait de nombreuses propositions des studios hollywoodiens, qui lui auraient permis de poursuivre et développer sa carrière aux États-Unis, elle choisit de se marier et de déménager à Belgrade. Découvrez l’histoire de cette beauté qui refusa, par amour, les avances d’Hollywood, dans le Musée des acteurs de cinéma slovènes à Divača.

Je souhaite recevoir la newsletter

Informez-vous sur les vacances en Slovénie, les offres saisonnières, les événements actuels, les possibilités d excursions et de voyages. Recevez un peu de Slovénie verte dans votre boîte mail.

Partager avec un ami

Ajouter aux favoris Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest // Pin to Pinterest Partager sur Vkontakte Recommander à un ami